IMG_20210312_095721_edited.jpg

L'astronomie

à La Nouvelle Qenneshré

Du 18 au 22 avril 2022

Olivier Defaux, docteur en histoire de l'Université Humboldt de Berlin, spécialisé en histoire de la géographie antique et médiévale, viendra à la Nouvelle Qenneshré pour relever un challenge : celui de déchiffrer 4 chapitres de géographie conservés dans un manuscrit syriaque (Paris BnF syr. 346) et d'en produire un commentaire historique. Il sera épaulé pour cela par Émilie Villey qui aura en charge de traduire ces chapitres du syriaque en français. Ces chapitres sont tous attribués à Sévère Sebokht (mort après 665 de notre ère) qui fut l'abbé du monastère de Qenneshré en Syrie. 

-->
CONFERENCE le 20 avril 2022, 18h : Olivier Defaux présentera au public les résultats de l'enquête en cours.


Olivier Defaux et Émilie Villey travaillent ensemble depuis près de 10 ans pour mieux comprendre les activités scientifiques qui ont fait rayonner le monastère de Qenneshré aux 6e, 7e et 8e siècles AD (voir bibliographie ci-dessous). Ils ont entamé leur collaboration en 2013 dans le cadre de l'Excellence Cluster TOPOI (Berlin) spécialisé en histoire des sciences. Voir ci-dessous leurs productions scientifiques à ce sujet.

BIBLIOGRAPHIE

Sur les activités géographiques menées au monastère de Qenneshré à la fin de l'antiquité
--> Lire Olivier Defaux, "Les textes géographiques en langue syriaque", dans É. Villey (dir.), Les sciences en syriaque, Paris, Geuthner, 2014, p. 107-148.

Sur les activités astronomiques menées au monastère de Qenneshré à la fin de l'antiquité
--> Lire Émilie Villey, "Qennešre et l’astronomie aux VIe et VIIe siècles", dans  É. Villey (dir.), Les sciences en syriaque, Paris, Geuthner, 2014, p. 149-190.

Sur un supplément de texte inédit du Traité sur l'astrolabe attribué à Sévère Sebokht prouvant que la 2e partie du texte a en réalité été rédigé en 523 AD
--> Lire Émilie Villey 2015, p. 149-190.

Sur le calcul des longitudes durant l'antiquité
--> Lire G. Graßhoff, E. Rinner, M. Ossendrijver, O. Defaux, S.M. Hoffmann, M. Schreiber and É. Villey, « Longitude », dans eTopoi Journal for Ancient Studies, vol. 6 (2016), p. 634-677.

logo_cnrs_2019_rvb.png
logo_umr-2.jpg

14 juillet 2021, 21h-23h

A l'aide de deux téléscopes (dont un à 130 milimètres) nous avons pu observer les creux de la Lune, Vénus se couchant sur l'horizon ouest ainsi que Saturne et Jupiter bien visibles au dessus de l'horizon sud. Il a même été possible de discerner les satellites de Jupiter !

Puis confortablement installés sur des transats orientés vers le Nord, nous avons cheminé le long de la voie lactée, revisité la petite et la grande ourses et, en partant de Cassiopée, nous avons pu rendre visite à la fois à la constellation d'Andromède (dont la galaxie éponyme se situe à 2,5 millions d'années lumières) et à la constellation de Persée d'où la pluie d'étoiles filantes était censée venir.

L'astre le plus brillant au-dessus de nos têtes était sans conteste l'étoile de Vega.
 

pERSEIDES_edited.jpg
IMG_20210312_100033_edited_edited_edited.jpg